Suivez-nous

Art / Déco

Guy Montagné et Sylvie Raboutet

Une Web Série sur Youtube et un spectacle au Fil d’eau de la Wantzenau avec Pépette et Papy,  le 25 janvier 2020 à 20H30 !

Pépette vit à la campagne chez son grand-père Papy. Passionnée par la politique, l’innocente gamine suit les épisodes de la campagne présidentielle sous les railleries féroces du vieux  réac. Enthousiasmée par le tsunami En Marche, Pépette décide de se lancer en politique pour conquérir l’Élysée.

Pour qu’elle réussisse sa carrière, Papy la corrompt en lui montrant le côté obscur du pouvoir afin qu’elle s’en mette plein les poches comme les autres.  Car faire de la politique, ça fait des magots.

Sortie de la Web série qui joke les news, Pépette et Papy débarquent sur scène du fin fond de leur campagne avec quelques personnages folkloriques et un humour sans pitié pour une classe politique qui fait mine de s’intéresser à nous en se donnant outrageusement en spectacle.

 

Rencontre avec Guy Montagné et Sylvie Raboutet, un couple humoristique et un couple dans la vie !

Depuis quand la web série existe ?

Guy : On a commencé la Web série en 2010 en se moquant de la bande à Sarko que Papy appelait le Schtroumpf. Quand on écoutait tous les matins les actualités à la télé, on se balançait des vannes entre nous sur les actualités politiques.

Sylvie : ça nous faisait rire. Mais un jour on s’est dit que c’était vraiment dommage de garder ça seulement pour nous et de ne pas le partager avec le public. Du coup on a inventé les personnages de Pépette et Papy, on a pris un appareil photo pour tourner des vidéos et on créé notre chaîne YouTube pour diffuser nos conneries.

Guy : Dès le premier épisode, un journaliste de Libération a écrit un petit article sarcastique sur les jeux de mots un peu lourdingue de Papy. Il faut dire que le sketch sur le festival de Cannes que nous avions pondu valait son pesant de cacahuètes :

Papy : Où tu vas comme ça, Pépette ?
Pépette :
Au festival de Cannes
Papy :
Fais attention, y’a Polanski !
Pépette :
Mais il est con d’y aller en ski Paul, c’est au bord de la mer !

Guy :  Du coup la vidéo a recueilli plus de 56.000 vues.

Est-ce qu’on peut rire de tout ?

Guy: on peut rire de tout à condition que ça ne soit ni méchant ni insultant. Malheureusement, on a perdu le sens de la dérision. La dérision c’est quand on se moque de soi-même pas des autres. Un juif peut raconter une blague sur les juifs, un arabe sur les arabes, un chinois sur les chinois. Personnellement, je me réserve le droit de raconter des blagues sur les chauves. Mais tout le monde ne sait pas être drôle. L’humour c’est un peu comme la cuisine, y en a qui savent la faire et d’autres qui, en utilisant les mêmes ingrédients, fabriquent d’ignobles ragougnasses.

Les blagues c’est un peu votre vie ?

Guy : J’en ai raconté plein pendant quatorze ans de Grosses Têtes. Bien avant Jean-Marie Bigard. D’ailleurs je trouve très bien qu’il ait pris ma place vu que je n’avais plus envie de la tenir. Les histoires dégueulasses sont les plus difficiles à raconter car il faut les faire passer en évitant la vulgarité. Par exemple, parlant de sexe, il faut utiliser des mots détournés pour rester léger.

Sylvie : Guy utilisait des mots d’enfants comme « zibounette » ou « foufounette » et ça passait très bien. L’écriture dans l’humour est le plus important. Ça prend du temps, c’est un gros travail mais c’est là qu’on ne se trompe pas. Quand c’est bien écrit comme le fait Jérémy Ferrari, c’est efficace, drôle et ça veut dire quelque chose ! On voit qui travaille. On l’adore !

Vous pensez quoi de la télé d’aujourd’hui ?

Guy : La télé d’aujourd’hui c’est de la merde, un journaliste m’a dit récemment “bah alors on vous voit plus à la télé” je lui ai répondu. « Non, je suis sorti de la poubelle ». Puis il m’a demandé si j’avais pas l’impression de mordre la main qui m’a nourri. Je lui répondu « La main qui m’a nourri est morte » Mais il y a pire. Ce sont les réseaux sociaux. C’est le moyen pour la lie de l’humanité de vomir des torrents de haine planquée derrière des pseudos.

Sylvie : Conclusion, le spectacle vivant reste un art réservé à ceux qui ont du talent. Le public qui est le vrai patron ne s’y trompe jamais.

Le spectacle Pépette et Papy à l‘Elysée existe depuis combien de temps ?

Guy : On commençait à en avoir assez de faire des spectacles avec des histoires drôles. C’était sympa mais on en avait fait le tour. Alors en 2016, on a décidé de créer une pièce avec nos nouveaux personnages de la Web série Pépette et Papy.

Sylvie : Guy a demandé son avis à Jacques Mailhot, le directeur du Théâtre des Deux Ânes à Paris. Après avoir vu la Web série sur Youtube, il nous a rappelé enthousiasmé. On a écrit la pièce et on est allé jouer dans son théâtre.

Guy : Nous avons fait le contraire de toutes les productions théatrales : Nous avons rôdé notre spectacle à Paris puis nous sommes partis en Province.

Sylvie :  L’Alsace a été un tournant pour nous. Le 17 novembre 2018 on s’est retrouvé à Wittelsheim dans le Haut-Rhin. C’était le premier week-end des gilets jaunes. Plus de 100 personnes n’ont pas pu venir voir le spectacle à cause des blocages de routes. Les gens se sont brusquement intéressés à la politique et depuis notre pièce fait salle comble.

Guy : Du coup on a rajouté une scène sur les Gilets Jaunes. Puis une scène sur l’affaire Bennalla. Chaque fois qu’un évènement important marque l’histoire du quinquennat, on modifie notre texte. Là on attend que l’affaire des retraites soit terminée pour écrire une scène bien saignante.

Sylvie : C’est très difficile car il faut désapprendre et réapprendre tout le temps. Mais le public adore.

Comment vous vous êtes rencontrés ?

Guy : En 2002 j’ai voulu produire un comique seul en scène. Un ami metteur en scène m’a présenté Sylvie qui avait écrit un one woman show intitulé « Vivi ». J’ai été enthousiasmé et je l’ai engagée.
Le soir de l’anniversaire de cet ami, Sylvie que je connaissais depuis peu, était présente. Comme elle comprend tout de travers et que je m’explique toujours très mal, lorsque je lui ai dit pour la saluer “ Embrasse-moi”, au lieu de se faire la bise sur les joues, on s’est embrassé sur la bouche. Et ce baiser s’est transformé en un très long roulage de pelle passionné. Et « Bam » on a vu les étoiles. C’était le coup de foudre. Depuis on ne s’est plus quitté, ça fait 16 ans.

Sylvie : Et notre série n’est pas près de s’arrêter non plus car on se nourrit des conneries de l’actualité. Et vu que les chaines d’infos en continu sont obligées de fournir pour nourrir les publicitaires, on a de quoi faire pour un bon bout de temps.

——————
Retrouvez Pépette et Papy en spectacle au Fil d’eau de la Wantzenau, le 25 janvier 2020 à 20h30. Billetterie en mairie, points de vente habituels et sur www.guymontagne.fr

Lire plus
Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suis-nous sur Facebook

Facebook Pagelike Widget

Suis-nous sur Instragram

This endpoint has been retired

Vidéos